La notion de référent. (suite 10)

Publié le par jacques Brethé

La notion de référent. (suite 10)

 

                        Créer une société plus humaine débarrassée des violences et de leurs causes devient une urgence. L'homme aime et recherche l'homme, il désire voir le visage de l'autre, le connaître et communiquer. L'anonymat demeure un fléau, trop peu mis en évidence, puisqu'il élimine toute reconnaissance, tout lien, puisqu'il ravale au niveau des choses, d'un "on" indéfini et insaisissable, c'est tout le monde et personne, le règne de l'irresponsabilité apparente, c'est une provocation. Or l'homme a un impérieux besoin d'être reconnu en continuité avec ce qu'il a vécu dès le sein maternel, cette voix aimante qu'il percevait, il a besoin de posséder sa place dans la société, d'exercer une fonction, d'être rattaché à quelqu'un, d'être utile. Le mépris, le rejet, la mise à l'écart tellement injustifiée aux yeux de l'enfant génèrent un ressentiment qui produit le sentiment d'exclusion et en arrière la révolte. N'être rien au milieu d'une société, ne compter pour rien, ne rien posséder alors que d'autres sont tout, possèdent tout, comment de pas devenir fou, comment ne pas éprouver cette jalousie féroce, incontrôlable, tenace à la base de nombreux mouvements révolutionnaires qui ont déferlé, détruit, massacré, tant meurtri, éliminé des êtres qui ne soupçonnaient même pas le mal qu'ils représentaient pour les démunis et leurs théoriciens. Ainsi va l'humanité de crise en crise.

 

                        C'est à cette situation d'injustice et d'exclusion porteuse du malheur humain que répond la création de la notion de référent. Chacun est reconnu, chacun a sa place dans la société, chacun est libéré.

 

                        Le référent, femme ou homme, c'est la personne qui se fait proche, qui vous prend sous sa protection dès la conception et qui vous accompagnera jusqu'à votre dernier jour. C'est la personne qui vous rassure et vous assure pour vous attacher à la société, qui vous aide à vaincre vos peurs et vos craintes, qui vous ouvre en vous introduisant, en vous soutenant pour que vous ne soyez jamais rabaissé, recalé, repoussé, plus ou moins maudit. Votre référent aura un nom et un visage, vous le connaîtrez, vous le rencontrerez, vous le solliciterez si besoin, rien ne sera anonyme et quand votre référent fera appel à un spécialiste, lui aussi aura un nom et un visage. Ainsi votre violence disparaîtra, vous ne serez jamais infériorisé, exclu, repoussé. Tout vous sera expliqué. Ce ne sera pas votre lieu de naissance qui décidera de votre avenir et de vos conditions de vie mais votre effort et vos dons. Chacun deviendra son oeuvre ayant en main tous les éléments propres à sa formation et à son élévation. Nous progressons vers plus d'humanité, de sensibilité sachant la fragilité des êtres.

 

                        Dès la conception, l'enfant est confié à la responsabilité d'un référent choisi avec l'accord des parents et des acteurs de la vie sociale. Ce sera le commencement d'une longue amitié, d'une amitié sous le sceau du secret professionnel. Le référent aidera et guidera les parents, proposera des formations s'il le juge utile et c'est lui déjà qui ordonnera le versements des allocations. Il va de soi que dans de nombreuses familles, son rôle sera très réduit et très discret, ce n'est pas pour ces familles là qu'il a été créé mais chacun sait qu'existent des cas atypiques et de maltraitance et que des bébés et des enfants ont besoin d'une aide de l'extérieur pour échapper à un véritable enfer. La présence légale d'un référent dès la conception rendra sa présence normale et devrait éviter des drames. Une famille refusant de le recevoir donne déjà le signe d'un malaise. Il ne faut pas oublier que beaucoup de mères se trouvent seules, exploitées et désemparées et que la présence de son référent et du référent de son enfant ou de ses enfants qui doit intervenir l'aidera ne serait-ce qu'à trouver un autre lieu d'hébergement pour vivre tranquille. Il faut intervenir avant le drame et non après pour avoir matière à agir.

 

                        Le référent suivra l'enfant et l'adolescent dans le parcours scolaire et pourra éclairer les enseignants. Le but, c'est la réussite humaine, l'insertion dans la société, se savoir utile, réaliser sa vocation, que chaque enfant aille au maximum de ses possibilités, de ses  dons et qu'aucun n'ait le sentiment d'avoir été écarté, rejeté, refoulé. Il va de soi encore ici que pour beaucoup de familles le référent demeurera très discret et heureusement mais il pourra être un renfort important surtout qu'il demeure en rapport avec tous les spécialistes et les autres référents. C'est bien rare si à un moment ou un autre on n'a pas besoin d'un petit coup de main, d'un conseil donné par une personne extérieure et amie. Lorsque le jeune devient majeur, c'est le référent qui ordonne le versement de sa rémunération et cela toute sa vie durant pour éviter les à-coup de situations ne dépendant pas de la personne. Pour un fonctionnaire, il n'y a pas de problème mais si vous travaillez dans le privé et que votre employeur soit défaillant votre rémunération ne sera ni interrompue ni diminuée. Un malheur, ça suffit. C'est la garantie de la société qui offrira dès que possible un autre travail. Priver brutalement quelqu'un qui ne le méritait pas de son travail, c'est bien souvent un traumatisme qui peut entraîner une dépression et il faut l'éviter. Humaniser la société, c'est un souci et une obligation.

 

                        Le référent vous accompagne ainsi toute votre existence dans la discrétion. Vous pouvez le consulter sur tout. Il n'a pas la réponse à tout mais il saura vous orienter. C'est la personne qui vous rattache à la société dont vous aurez besoin dans les difficultés et peut-être plus particulièrement à la fin de votre vie pendant votre retraite, à ce moment de l'existence où les visites deviennent rares, où la solitude pèse, où apparaît le sentiment d'abandon. Le référent, ce n'est pas seulement le référent mais toute une équipe qu'il anime et dirige, c'est le lien qui vous relie aux spécialistes dont vous avez besoin, il y a toujours une main tendue qui se fait proche plus spécialement dans ces moments de grande fragilité et de détresse.

 

                        Le corps des référents constitue un corps de fonctionnaires exceptionnels avec une formation approfondie et permanente. Il s'agit d'une formation humaine, littéraire, psychologique, philosophique avec le sens de la communication et la connaissance de tous les services sociaux. C'est une mission délicate qui exige doigté et finesse. Chaque référent est convaincu que la société est le berceau de l'homme en grande partie, qu'elle fait l'homme, que son but vise à établir les conditions d'épanouissement et de bonheur de chacun. Donner à chacun toutes ses chances d'accéder à sa réalisation dans le plus grand respect, de mettre à jour la personnalité qu'il portait en lui pour devenir une authentique personne.

 

                        Les référents se sont formés au contact des meilleurs et plus spécialement des apôtres de la non-violence comme Lao Tseu, Bouddha, le second Isaïe, Socrate, le Christ, Martin Luther King, Mendéla... Au contact de ces hommes porteurs d'un message universel, n'excluant personne, demandant à chacun de se convertir, de se transformer, de s'humaniser, n'éprouvant jamais de haine pour les autres, ne tombant jamais dans le piège de la violence, plutôt victimes que bourreaux, ils se sont approfondis pour gagner l'estime et la confiance de tous. La qualité d'une société dépend de la qualité de ses fonctionnaires, de leur formation, de leur dévouement, de leur abnégation encore faut-il que tous se réfèrent à une pensée qui élève en développant le sens de l'effort et de l'humain.


 

Petit commentaire

 

Cette notion de référent n’est pas nouvelle. Elle est pratiquée par des associations humanitaires qui font office de référent pour des personnes en grande difficulté, qui fournissent logement, nourriture, travail, aidant à la réalisation des dossiers d’insertion et suivant hommes et femmes jusqu’à ce qu’ils retrouvent pleinement leur autonomie. Il n’est pas rare que les anciens ainsi reconstruits reviennent dans les locaux de l’association rendre visite à leurs référents pour leur témoigner reconnaissance.

 

Cette notion, il convient par précaution de l’élargir à tous les êtres dès leur conception. Il demeure impensable qu’un être si fragile ne soit pas très protégé, lui et sa mère. Dans la plupart des cas, cette présence passera presqu’inaperçue, le référent se bornant à une visite pour prise de connaissance, enregistrement de l’enfant, versement des premières prestations mais tous, vous savez qu’existent des situations dramatiques et de détresse réelle ou supposée. C’est pour ces personnes qu’il faut la présence d’un référent qui vienne sur place, voie la maman, analyse la situation pour prendre les mesures élémentaires d’humanité. Cette présence pourra être profitable vis-à-vis de certains toute leur vie. Il ne faut pas se le cacher. Des familles mieux épaulées, mieux renforcées, ce sont des enfants équilibrés, des adolescents moins fous, moins violents puisqu’ils se sentent accueillis, qu’on leur propose un avenir avec un métier, une profession, une insertion toute naturelle, il s’agit d’une autre société qui intègre, qui propose un idéal de service, qui s’interdit d’exclure, de mépriser, d’avilir. C’est en donnant, c’est en se donnant qu’on reçoit tant, c’est ce qui enchante le jeune homme, la perspective de grandir en s’approfondissant sans cesse.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article